L'IA dans le secteur du conseil : menace ou opportunité ?
agenda

Publié le

25
/
02
/
2024

L'IA dans le secteur du conseil : menace ou opportunité ?

L'intelligence artificielle (IA) transforme profondément de nombreux aspects de notre économie. Le métier de consultant est particulièrement touché. Les consultants humains, traditionnellement sollicités pour leurs conseils et leur expertise, voient désormais des systèmes d'IA accomplir certaines de leurs tâches. Cette automatisation pose la question de l'avenir du métier de consultant : sera-t-il remplacé par des algorithmes ou y a-t-il des domaines où l'expertise humaine reste essentielle ?

Cette introduction a entièrement été rédigée par une intelligence artificielle suite au prompt : “Écris un court paragraphe introductif pour un article titré "L'intelligence Artificielle représente-t-elle une menace pour le métier de consultant?". Un résultat aussi probant pose donc la question des métiers pouvant être menacés par l’apparition de l’Intelligence Artificielle (générative ici). Il peut s’agir des rédacteurs d’articles comme des consultants.

A court terme, une opportunité à saisir

Tout d’abord, il convient de faire état d’une certaine similitude entre les tâches du consultant et les capacités de l’IA, en particulier les Intelligences Artificielles dites “génératives” :  le conseil, dans sa nature, relève de la production de données afin de venir en aide à une entreprise qui ne dispose pas de beaucoup de connaissances sur ses concurrents.  L’IA, quant à elle, se base sur des techniques d’apprentissage non supervisées. Ainsi, elle identifie des structures et des motifs dans les données sans avoir besoin de catégories prédéfinies. Remplacer les équipes de consultants auxquelles font régulièrement appel les entreprises par de l'IA est encore de l'ordre de la fiction. Pour autant, certaines mutations sont déjà à l'œuvre. 

En effet, de nombreux cabinets de conseil font appel à des formateurs en IA. La maîtrise de l’intelligence artificielle devient progressivement un prérequis dans le panel de compétences du consultant. Par ailleurs, certains grands cabinets font déjà appel à l’intelligence artificielle. C’est notamment le cas de McKinsey qui a présenté le lancement de son IA générative, Lilli. L’objectif étant d’aider les consultants à synthétiser et rationaliser des solutions appropriées aux demandes de chaque client. L’IA est basée sur l’ensemble des données du cabinet et répond aux questions posées par les consultants en utilisant les documents les plus pertinents. En Juin dernier, près de la moitié des 30 000 salariés de McKinsey avaient déjà recours à l’IA générative. Par ailleurs, cette nouvelle IA viendra également compenser la suppression de 2 000 postes dans les fonctions support. Est-ce un premier signe d’un impact profond sur le métier du consultant à plus long terme? 

A long terme, des mutations majeures du secteur

Ce phénomène de suppression de postes ne s’observe pas uniquement chez McKinsey. En effet, Accenture a annoncé la suppression de 19 000 postes. KPMG a d’abord annoncé 700 licenciements, avant de réévaluer ce chiffre à 1950 plus récemment. Toutes ces suppressions sont-elles la traduction d’une conjoncture économique difficile, ou les prémices d’une transformation profonde du métier du conseil, si ce n’est une disparition du consultant? 

Selon Frédéric Charles, Directeur Stratégie Digitale & Innovation de Suez, et Green SI, le conseil subira de nombreuses mutations du fait du développement des Intelligences Artificielles. Sans parler de remplacement complet du consultant par l’IA, il indique que l’IA ne constitue pas un outil. Il l’identifie comme une source de transformation vers un modèle plus hybride du métier du conseil. La partie générative étant laissée à l’IA tandis que la partie relations humaines sera gérée par des consultants. Bien que l'automatisation des tâches, est à la portée des IA génératives pour ce qui concerne la production de livrables, celle-ci est amenée à s’améliorer en termes de pertinence et d’adaptabilité dans le discours à son “interlocuteur”. Il existe aujourd’hui de nombreuses méthodes pour automatiser son activité.

Pour autant, ces projections ne restent que des suppositions sur le futur du consultant. Les avis s’alignent globalement sur une modification de l’approche du métier de consultant. Cet alignement s’explique par le développement de l’Intelligence Artificielle. Cependant, certains restent plus mesurés et voient en l’IA un outil permettant d’automatiser les tâches répétitives. C’est le cas de Barbara Merle, journaliste pour le média indépendant Consultor. Elle tend vers l’idée d’un consultant dit “augmenté”. L’objectif à long terme est de développer de nouvelles compétences aux consultants généralistes à travers l’utilisation de l’IA. Ils deviendront donc des collaborateurs “augmentés” selon Olivier Leroy, à la tête du data lab de PMP Strategy. 

Les derniers articles

Télétravail : un levier pour attirer les meilleurs freelances

Freelancing

Télétravail : un levier pour attirer les meilleurs freelances

Devenir indépendant et travailler avec de grands groupes

Freelancing

Devenir indépendant et travailler avec de grands groupes

Discrimination des seniors : chez les consultants freelances aussi !

Consulting

Discrimination des seniors : chez les consultants freelances aussi !

Recevez nos analyses sur les tendances du marché du conseil freelance :

check
Inscription confirmée
Merci de vérifier le format saisi.
Tous les articles
deco

Besoin d'accompagnement sur vos projets ?

Contactez-nous pour toute question pour affiner votre projet.

Nous contacter
deco